Peut-on protéger à la fois les cerfs et leur habitat ?

Actualités » Peut-on protéger à la fois les cerfs et leur habitat ?

Peut-on protéger à la fois les cerfs et leur habitat ?

La surpopulation des cerfs de Virginie dans le sud du Québec ne cesse de s’aggraver.   Ces grands cervidés souffrent et la Nature aussi.

En novembre 2021, la ville de Longueuil décidait d’euthanasier la majorité des cerfs de son parc Michel-Chartrand.

Aujourd’hui, c’est à la Sépaq d’annoncer qu’elle réduira le cheptel de cerfs de Virginie dans les parcs nationaux du Mont-Saint-Bruno et des Îles-de-Boucherville.

Voici pourquoi la Fondation du Mont-Saint-Bruno se rallie à la sagesse de ces décisions.

La surpopulation expliquée

Il y a dix ans, il faillait se balader tôt le matin pour observer un ou deux cerfs au parc national du Mont-Saint-Bruno.  Aujourd’hui, il est rare de ne pas les voir à toute heure de la journée.  Ils sont même sur les propriétés privées à proximité du parc car ils y trouvent de la nourriture.

« On compte actuellement 15 cerfs de Virginie au km2 dans l’enceinte du parc national du Mont-Saint-Bruno. Or, pour maintenir la diversité d’une forêt, les études ont démontré qu’il ne devrait pas avoir plus de 4 à 6 cerfs au km2. »
Tanya Handa, biologiste

 

Deux raisons sont au cœur de cette surabondance : le manque de prédateurs et la fragmentation du milieu.  Lorsque l’empreinte humaine est limitée, l’équilibre de l’écosystème est maintenu par des prédateurs naturels comme le loup, le coyote et le cougar.

Des options complexes et déchirantes

Comment protéger les cerfs tout en protégeant l’habitat qui leur donne vie ?

Les milieux naturels du sud du Québec et leurs écosystèmes sont fragilisés par le surbroutage, l’agrile du frêne et d’autres ravageurs.

C’est pourquoi les gouvernements et les organismes de conservation comme la Fondation du Mont-Saint-Bruno tentent d’augmenter la connectivité des forêts et le couvert forestier du corridor écologique de la Vallée-du-Richelieu afin de réduire la pression sur les écosystèmes.

Il faut cependant être honnête : Comme la surabondance des cerfs est un phénomène généralisé dans le Sud du Québec, où peuvent-ils migrer?

L’option de déplacer certains cerfs n’est pas réaliste non plus car ils pourraient faire face à un choc d’adaptation et transporter des maladies vers d’autres milieux.

Devons-nous les laisser mourir de faim à moins 20°C ?

Où iront les cerfs quand il n’y aura plus de flore pour les nourrir?  Devons-nous les laisser mourir de faim à moins 20°C l’hiver ou même à 30°C l’été lorsque le réchauffement climatique assèche le sol ?

Malgré le fait qu’il n’y ait pas de solution idéale, la chasse contrôlée demeure l’approche à privilégier, à l’instar de la stratégie adoptée en Écosse et à celle qu’utilise la Nature depuis des millions d’années.