L’agriculture intensive

ACCUEIL » Du global au local… tout est relié » L’agriculture intensive

Lorsque les scientifiques responsables de l’évaluation mondiale de la biodiversité ont examiné les registres d’expédition et les registres douaniers des plus grands marchés de la planète, ils ont identifié cinq produits responsables de la plus grande perte de biodiversité : le soya, le cacao, le café, l’huile de palme et le bœuf.  Ce dernier est la principale cause de perte des habitats sur Terre.

Au-delà de la perte des habitats,  l’agriculture intensive cause des dommages substantiels à l’environnement.

On souhaite amplifier le taux de production  agricole pour mieux répondre à la demande, qui se fait de plus en plus importante dû à l’augmentation de la population.  On réduit la main d’œuvre et on tente d’augmenter le temps d’utilisation des sols.  Comme ceci va à l’encontre de l’agriculture traditionnelle et des lois de la nature, on utilise des engrais chimiques, des pesticides, des herbicides, des fongicides, des insecticides, des régulateurs de croissance…  On peut imaginer l’impact du cocktail de tous ces polluants sur la santé de la biodiversité.